Adoptez les sandales Louis Vuitton pour une allure estivale !
La Maison - Héritage 23/05

Une histoire légendaire

Alors qu'il n'avait que seize ans, Louis Vuitton a pris une décision qui n'allait pas uniquement changer sa vie mais aussi celle de ses descendants : il deviendrait malletier.

Quand tout a commencé

Alors qu'il n'avait que seize ans, Louis Vuitton a pris une décision qui n'allait pas uniquement changer sa vie mais aussi celle de ses descendants : il deviendrait malletier.

L’héritage Louis Vuitton en tant que malletier remonte plus loin que la fondation de l’entreprise. En 1837, Louis Vuitton, alors âgé de 16 ans, rejoint Paris à pied et débute son apprentissage chez Monsieur Maréchal. À l’époque, voitures à chevaux, bateaux et trains sont les principaux modes de transport et les bagages sont trop souvent malmenés. Les voyageurs font appel aux services des artisans pour emballer et protéger leurs effets personnels.

Louis Vuitton s’est rapidement imposé comme artisan de renom dans l’atelier parisien de Monsieur Maréchal. C’est ainsi que sa carrière a démarré dans un secteur artisanal qui requiert certaines compétences et savoir-faire rares. Ses créations sur mesure deviendront ensuite des malles, pour répondre aux souhaits de ses clients voyageurs. Louis Vuitton passera 17 ans avant d’ouvrir son propre atelier au 4, rue Neuve-des-Capucines, près de la place Vendôme.

Malle cabine en toile damier

1890

75 x 42 x 33 cm, vue de 3/4

Malle des studios de photos Nadar, personnalisée avec les initiales P.N. et le numéro 4 sur le côté, ainsi que la signature
"Nadar"
et l’adresse sur le couvercle.

Boîte à chapeaux en toile trianon grise

1887

vue de 3/4

Malle "idéale" en cuir de vache naturel

1889

vue de 3/4

Malle "idéale" en cuir de vache naturel

1889

Vue de haut

Malle arrondie en toile trianon grise

1860

115 x 63 x 69 cm, vue de 3/4, ouverte

Porte l’inscription "Comtesse de V"

Commande spéciale : malle "idéale" en toile damier

Vue fermée

Commande spéciale : malle "idéale" en toile damier

Vue ouverte

Asnières : un atelier légendaire

À la fois résidence familiale et berceau de l'entreprise, le site d'Asnières a été le symbole du succès personnel et commercial de la famille Vuitton depuis 1859.

En 1859, l’atelier de Louis Vuitton à Asnières a été inauguré par ses 20 employés. À l’heure actuelle, il demeure le cœur de la création des produits rares et commandes spéciales de la Maison.

En raison de son succès précoce, Louis Vuitton a dû étendre ses activités. C’est ainsi que son atelier d’Asnières a vu le jour en 1859. Situé au nord-ouest du centre de Paris, l’atelier a ouvert ses portes avec 20 employés. En 1900, il en comptait presque 100 et en 1914, 225.

L’atelier d’origine s’est agrandi au fil des décennies. Le site d’Asnières a même accueilli la résidence de la famille Vuitton. Alors que la demeure familiale a été préservée et transformée en musée privé, 200 artisans travaillent toujours dans l’atelier d’Asnières qui se trouve à proximité de cette maison. Dans l’atelier, la maroquinerie et les commandes spéciales sont encore façonnées de nos jours pour les clients du monde entier.

La serrure incrochetable

En 1886, Georges Vuitton révolutionne les serrures de bagages avec un système de fermeture ingénieux qui transforma les malles de voyage en véritables coffres à trésors.

La serrure à Gorge

Dans les années 1900, les voyageurs transportent l’ensemble de leurs effets personnels dans des garde-robes et des malles plates qui, malheureusement, n’échappent pas aux voleurs. Passé maître malletier, Louis Vuitton a voulu aider ses clients à protéger leurs biens à l’intérieur de leurs bagages.

En 1886, le père et le fils, Louis et Georges, ont adopté un système de verrou unique, équipé de deux boucles de ressort. Après plusieurs années passées à travailler à sa conception, Georges a déposé le brevet de ce système révolutionnaire. Il défie alors le célèbre prestidigitateur Harry Houdini de s’extraire d’une boîte fermée par une serrure Louis Vuitton. Houdini n’a pas relevé le défi et l’efficacité de la serrure n’est plus à prouver. Elle est encore utilisée de nos jours.

LE CENTENAIRE

La Maison a demandé à six designers de créer des pièces originales pour célébrer le motif iconique qui fut dessiné cent ans auparavant : le Monogram.

Afin de célébrer le 100ème anniversaire du Monogram en 1996, Louis Vuitton a confié à six designers de mode la création de produits uniques habillés de cette toile emblématique de la Maison. Reflets de l’esprit d’innovation et de collaboration de Louis Vuitton, les œuvres ont ensuite été exposées dans les plus grandes capitales du monde, au profit des amateurs de mode et de la création.

Helmut Lang

Un coffret à vinyles pour DJ. Créé par Helmut Lang 1996

Sybilla

Un sac à dos avec parapluie intégré. Créé par Sybilla 1996

Romeo Gigli

Un sac de randonnée pointu avec bandoulières en cuir. Créé par Romeo Gigli 1996

Manolo Blahnik

Une malle à chaussures ovale. Créée par Manolo Blahnik 1996

Isaac Mizrahi

Un sac de week-end en vinyle et en cuir, doté d’une pochette en toile Monogram. Créé par Isaac Mizrahi 1996

Vivienne Westwood

Un sac "bum bag" à porter au creux des reins, à la main ou à l’épaule. Créé par Vivienne Westwood 1996