Retour

LA COLLECTION ARTYCAPUCINES

  • LA COLLECTION ARTYCAPUCINES - Louis Vuitton Mode NEWS
  • LA COLLECTION ARTYCAPUCINES - Louis Vuitton Mode NEWS
  • LA COLLECTION ARTYCAPUCINES - Louis Vuitton Mode NEWS
  • LA COLLECTION ARTYCAPUCINES - Louis Vuitton Mode NEWS
  • LA COLLECTION ARTYCAPUCINES - Louis Vuitton Mode NEWS
  • LA COLLECTION ARTYCAPUCINES - Louis Vuitton Mode NEWS
  • LA COLLECTION ARTYCAPUCINES - Louis Vuitton Mode NEWS
Sam Falls, Urs Fischer, Alex Israël, Nicholas Hlobo, Tchabalala Self, et Jonas Wood ont chacun conçu un sac Capucines en édition limitée, en collaboration avec les Ateliers de Louis Vuitton.

Sam Falls puise dans la nature afin de concevoir des œuvres qui explorent la matérialité de la couleur et de la lumière au travers de techniques photographiques et d’objets du quotidien. Pour créer ses paysages abstraits, il recouvre de vastes toiles de matière organique telles que des branches, des feuilles et des fleurs prélevées dans un environnement particulier, puis les saupoudre de pigments. Ses réalisations en devenir sont ensuite exposées aux éléments. Une fois retirés, les matériaux naturels laissent apparaître sur la toile des silhouettes et des motifs, tels des spectres énigmatiques. Chaque pièce – étroitement liée à son lieu d'exécution et aux conditions météorologiques et environnementales auxquelles elle a été exposée – se mue en un témoin temporel unique de la nature. Né en 1984 à San Diego, Sam Falls a étudié la physique, la linguistique et la philosophie avant de se dédier à l'art. Il travaille et réside désormais à Los Angeles.

 

Urs Fischer est surtout connu pour ses sculptures et ses installations colossales qui témoignent d'une profonde fascination pour les processus spontanés de transformation et de décomposition. Parmi ses œuvres – le plus souvent réalisées à partir d’objets imposants du quotidien – figurent un chalet suisse grandeur nature entièrement constitué de miches de pain, de mousse et de bois, une sculpture en aluminium peint représentant un gigantesque paquet de cigarettes traversé par une chaise de salon, ainsi qu'une sculpture de bronze de 20 tonnes mettant en scène une lampe de bureau plantée dans la tête d’un monumental ours en peluche de 7 mètres de haut. Plus récemment, Urs Fischer a imaginé des bougies en forme d'individus grandeur nature qu'il enflamme et laisse se consumer jusqu'à complète désintégration. Urs Fischer est né en 1973 à Zurich, en Suisse, où il a étudié la photographie à la Schule für Gestaltung. Il travaille et réside aujourd'hui à New York.

 

Dans les créations d'Alex Israel, l'artiste – qui fait partie intégrante du processus créatif – questionne les médias populaires, Hollywood, le culte de la célébrité et le rêve américain au travers du prisme de Los Angeles, sa ville natale. Mélange d'influences variées – art et marketing, culture et publicité –, ses œuvres prolifiques se présentent sous des formes très variées : tableaux, sérigraphies, installations, mais aussi une marque de lunettes de soleil, un talk-show où il reçoit les plus grandes célébrités californiennes (As it Lays) et un long-métrage (SPF-18) Toutes les réalisations d'Alex Israel dressent un portrait à la fois précis et sincère de Los Angeles reflétant la curiosité de l'artiste. Elles traduisent également sa volonté de trouver sa propre place au sein de cette ville mouvante de pouvoir, d'argent de désir. Pour Alex Israel, la métropole californienne, sa forte influence culturelle et sociale, ses contradictions et sa beauté incarnent non seulement les obsessions de l'Amérique, mais également du reste du monde. Né en 1982, Alex Israel est diplômé de l’université de Yale dans le Connecticut et de l’université de Californie du Sud à Los Angeles.

 

Les installations et œuvres complexes en deux et trois dimensions de Nicholas Hlobo abordent les réalités démocratiques en Afrique du Sud depuis la fin de la discrimination légale de l’apartheid en 1994. Elles lui permettent également d'explorer sa propre identité ethnique, culturelle et sexuelle. Né au Cap en 1975, Hlobo a étudié les beaux-arts à la Technikon Witwatersrand de Johannesbourg, où il réside aujourd’hui encore. Ses objets hybrides sont réalisés à partir de matériaux tactiles – ruban, cuir, bois ou encore caoutchouc – tissés entre eux et symbolisant chacun une forme d’identité personnelle ou politique différente. L'artiste donne ainsi naissance à des récits visuels complexes qui reflètent et invitent à réfléchir sur les dichotomies de l’Afrique du Sud contemporaine, son propre statut et ses expériences vécues dans ce pays. 

 

Dans sa pratique artistique, Tschabalala Self s'intéresse tout particulièrement à l'importance iconographique du corps des femmes noires au sein de la culture américaine contemporaine, ainsi qu’à son impact émotionnel, physique et psychologique. L'artiste étudie le lien entre race, genre et sexualité pour explorer la perception de la femme noire dans l'imaginaire collectif et l'émergence d’une véritable niche culturelle renfermant notre compréhension de la féminité noire. Superpositions complexes de multiples couches de peinture et d’estampes, mélanges de matières cousues, peintes et imprimées, associations de différentes traditions artistiques et artisanales, ses œuvres dépeignent des corps féminins aux formes exubérantes. Née en 1990 à New York dans le quartier de Harlem, Tschabalala Self sort diplômée du Bard College en 2012 et de l’école d’art de Yale en 2015. Elle travaille et réside actuellement à New Haven dans le Connecticut

 

Les œuvres luxuriantes et colorées de Jonas Wood évoquent, par leurs textures multicouches et leurs étourdissantes compressions spatiales, les univers d’artistes tels que Henri Matisse et David Hockney. Mais ses images verdoyantes à la perspective déformée se distinguent par leur approche figurative unique et l'impassibilité délibérée de leurs codes esthétiques. Établi à Los Angeles, l'artiste réalise ses dessins, collages, aquarelles et peintures en s'appuyant sur des photographies qu’il transforme en créant des formes, couleurs et motifs géométriques variés. Il utilise les esquisses des pots et vases façonnés par sa femme Shio Kusaka qu'il élève au rang de cadre à l’intérieur du cadre et les pare d’images saisissantes telles un terrain de golf vert vif, des récifs coralliens et des poissons exotiques, des ballons de basket, un jardin luxuriant ou encore un atelier de peintre. Jonas Wood est né en 1977 à Boston aux États-Unis. Il a obtenu son diplôme des Hobart and William Smith Colleges, dans l’État de New York en 1999, ainsi qu'un master en art à l’université de Washington à Seattle en 2002. 

 

Découvrez les sacs Artycapucines

Collaborations Éditions limitées