Retour
LV The Book

DECRYPTAGE

Décryptage de deux pièces phares issues de la dernière collection Automne-Hiver de Nicolas Ghesquière.

UN LOOK À LA LOUPE

Symbolique, cette silhouette condense tout l'esprit de la collection automne-hiver 2016, axée sur quatre principes.

Le sport : Une robe en maille « ingineer », ces tissus morpho-sensitifs propres aux vêtements de compétition et qui s’adaptent aux besoins du corps. Les couleurs éclatantes participent au caractère conquérant de ce modèle.
Le savoir-faire : On le retrouve dans les manches en cuir de la robe. Très ouvragées, incrustées, et exigeant un tour de main maîtrisé, elles rappellent le talent d’un grand maroquinier.
Le luxe : Une jupe en soie fluide vient adoucir une ligne dynamique. Inspirée des motifs indiens, elle requiert une superposition de plus de 70 couleurs. Cet imprimé d’abondance accompagne avec grâce le mouvement de la marche au niveau de la cheville.
La signature : Voici le Néo Cruiser, inspiré d’un sac historique de la Maison, le « Cruiser bag », datant de 1984. Version moderne, on le féminise en réduisant son échelle pour en faire un sac de ville et on le pare du Reverse Monogram, travaillé comme un négatif photo.

CLIC CLAC, UN SAC
Tout petit mais doté d'un fort pouvoir d'attraction, voici le Caméra Box, dernier-né des sacs Louis Vuitton. Tout ce qu'il faut savoir sur le it bag de la rentrée 2016.

Il s’inspire des boîtiers pour appareils photo des années 70.
Jeune frère de la Petite-Malle, c’est une nouvelle vision de la minaudière utile.
La serrure vient de la malle Citroën, de 1924, modèle qui accompagnait les Croisière Jaunes, les premiers rallyes automobiles.
C’est le sac chouchou de Nicolas Ghesquière.
Une lanière pour le porter en bandoulière et une anse pour le tenir à la main. Polyvalent, ce sac est à l’aise aussi bien pour le jour que dans les soirées chic.
Une forme cubique, un fermoir, le Monogram : c’est le nombre d’or d’un sac digne de la Maison Louis Vuitton.

Mots clés :